Atelier de l’ISESCO: première journée

Le mercredi 17 mai 2017 s’est tenu à la salle de conférence de HADIS la première journée de l’atelier sur « la protection, la documentation et la gestion participative du patrimoine islamique au Togo ». Organisé par l’Organisation Islamique pour l’Education, les Sciences et la Culture (I.S.E.S.C.O) en partenariat avec l’association islamique de bienfaisance pour le développement (HADIS), cet atelier s’inscrit dans le cadre du plan d’action 2016 – 2018 de l’I.S.E.S.C.O.

L’objectif général visé par cet atelier est de contribuer à l’identification et à la protection du patrimoine togolais en général et islamique en particulier.

Les travaux de cette journée ont vu la participation des cadres du ministère de la communication, de la culture, des sports et de la formation civique, des responsables de la société civile œuvrant dans la protection du patrimoine togolais, des responsables des associations des jeunes. Cf la liste de présence

Deux phases ont marqué les travaux de cette journée : la phase protocolaire et les communications.

A-La phase protocolaire

Cette phase est marquée par le mot de bienvenue du président de HADIS, le discours d’ouverture du coordonnateur national de l’ISESCO et de la mise en place du bureau de travail.

2-Le mot de bienvenue du président de HADIS

C’est le président, en personne qui a prononcé le mot de bienvenue. Dans son intervention, il a souhaité la cordiale bienvenue à tous les participants avant de les remercier pour l’intérêt qu’ils ont manifesté à prendre part à cette rencontre.

Le président a clôturé son intervention par une imploration à Allah pour qu’il protège tous les participants à cet atelier, en souhaitant également un plein succès aux travaux de cet atelier

3-Le discours d’ouverture

Le discours d’ouverture a été prononcé par le coordonnateur national de l’ISESCO, le docteur ALI …….

En prenant la parole, le coordonnateur a d’abord adressé un message de son organisation à l’endroit du peuple togolais et de son gouvernement avec à sa tête le chef de l’Etat à qui il a souhaité une protection divine. Il s’est aussi réjoui de la persévérance du Togo au sein de l’organisation depuis son adhésion en 2002. Ensuite, les domaines d’interventions de l’ISESCO au Togo en prenant l’exemple de l’année 2016. Il a clôturé son intervention par un message de remerciement à l’endroit des participant tout en restant convaincu du succès de cet atelier.

C’est sur ces mots d’espoir que le coordonnateur a déclaré ouverts les travaux de cet atelier.

La mise sur pied d’un bureau chargé de la direction des travaux de l’atelier a précédé les communications. Ce bureau est composé de deux membres dont un président (PARINE Nangui Pouguini) et un rapporteur (LOKOU Rabiou).

B-Les communications

Au total trois communications ont meublé cette partie

  1. La première communication

Intitulée « patrimoine matériel et immatériel au Togo, menaces potentiels », cette communication a été présentée par monsieur BODELIN Bodi Lanvasso de la direction de la promotion des arts et de la culture. Le présentateur a fait sa communication autour de trois grands points. D’abord il a défini les concepts patrimoine culturel matériel, patrimoine culturel immatériel et patrimoine subaquatique ; ensuite il a présenté le patrimoine matériel du Togo et le patrimoine immatériel du Togo. Celui-ci a rappelé que le Togo ne dispose pas encore d’un patrimoine subaquatique.

Les débats autour de cette communication se sont déroulées dans une atmosphère de convivialité et ont concerné essentiellement deux grands points : la conservation du patrimoine togolais et l’absence d’un patrimoine islamique au Togo.

  1. La deuxième communication

Elle a été animée par Monsieur BODELIN Lanvasso sur le thème «GESTION PARTICIPATIVE DU PATRIMOINE CULTUREL FACE AUX MENACES POTENTIELLES :LES ACTEURS ET LEURS ROLES  ». Dans son exposé, l’orateur a présenté les acteurs culturels à savoir les communautés de base ; les femmes ; les jeunes ; les institutions politiques, paraétatiques et les associations ; les acteurs internationaux. Enfin il a présenté les menaces potentielles à la culture en mettant un accent particulier sur le rôle des différents acteurs sur la destruction du patrimoine matériel et immatériel du Togo.

Les débats se sont déroulés dans une atmosphère de respect mutuel.

Il a été question de comment les acteurs peuvent-ils être responsables de la destruction du patrimoine au Togo et de la non reconnaissance de certains sites islamiques et de certaines manifestations islamiques au patrimoine national.

  1. La troisième communication

Cette communication a été présentée par monsieur DJIBRIL Nouroudine de la faculté de droit de l’université de Lomé sur le thème « normes internationales, régionales et nationales dans la protection juridique du patrimoine ».

Dans sa communication, l’exposant a d’abord présenté les juridictions internationales relatives à la préservation du patrimoine des peuples avant de revenir sur les textes nationaux portant identification et préservation du patrimoine national. Ensuite l’orateur à fait cas de la destruction de patrimoine historique dans certains pays comme le Mali, le Soudan, l’Irak, la Syrie.

Plusieurs recommandations ont été faites par les participants. Celles-ci sont :

– traduire les communications en arabes pour permettre aux arabisants d’en tirer bénéfice

– sensibiliser les musulmans sur l’importance de la préservation du patrimoine islamique

– Répertorier et préserver le patrimoine islamique au Togo

-œuvrer pour que le patrimoine togolais volé par les colons soit rétrocédé au Togo, en vue de leur conservation dans les musées nationaux.

Les travaux de la journée du 27 ont pris fin avec la constitution de deux groupes de travail pour la suite des activités de l’atelier.

Fait à Lomé le 18 mai 2017

Le rapporteur Rabiou LOKOU

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *